Investir dans une crêperie

Le 27/05/2014 à 08h50 - Crêpe business

Il y a plusieurs manières d’investir dans une crêperie : soit vous ouvrez un nouvel établissement, soit vous reprenez un établissement existant soit vous achetez des parts et devenez de ce fait propriétaire associé. Ce billet traite de la partie financière de la démarche d’ouverture d’une crêperie et ne rentre pas dans les détails du financement, du calcul du compte de résultat prévisionnel ni celui des charges fixes prévisionnelles.

Une faible concurrence et donc une chance plus grande de réussir
Il y aurait actuellement en France entre 3 000 et 5 000 crêperies. Le premier chiffre émane du cabinet Gira Conseil alors que le second est donné par la Fédération Bretonne de la Crêperie, organisme rattaché à l’UPA des Côtes-d’Armor. Quoi qu’il en soit, on arrive à la même conclusion : ce faible nombre fait de la crêperie un segment de marché au sein du secteur de la restauration, à la différence de la pizzéria et des kebabs qui eux forment de véritables marchés en raison de leur dynamisme. En 2013, on a dénombré environ 16 000 pizzérias en France et 23 000 établissements proposent la pizza dans leurs cartes. En 2011, il y a eu 10 118 kebabs en France et depuis, ce chiffre a augmenté.
La crêperie ne souffre donc pas encore de la concurrence, un des principaux obstacles au succès lorsque l’on se lance dans le commerce. Une difficulté en moins ! D’autant que ces dernières années, on constate un ralentissement du nombre de créations de restaurants de crêpes. Par ailleurs, la majorité des crêperies de France sont localisées dans les régions de Bretagne et des Pays de la Loire. Elles y bénéficient d’une grande notoriété et sont fortement ancrées dans la culture et le paysage. Dans le reste du pays, particulièrement à l’Est, les crêperies ne courent pas les rues. Mais l’absence de concurrence n’est pas la seule motivation pour se lancer dans l’aventure.
Investir crêperie

Un investissement abordable pour beaucoup en termes de budget d’investissement
Il faut compter environ un minimum de 150 000 € d’investissement initial pour ouvrir ou reprendre une crêperie. Il s’agit d’un montant minimum puisque tout dépend ensuite de la taille, de l’emplacement et des infrastructures et équipement de l’établissement. Dans tous les cas, ce coût est relativement bas si on le compare à celui de la pizzéria par exemple.  Le budget d’investissement englobe toutes les charges y compris les frais liés aux démarches administratives, le coût du pas-de-porte, les cautions du loyer, les dépenses de construction et d’aménagement du local, le budget communication inhérent à toute ouverture commerciale et la formation d’un stock de produits.
Si le budget initial semble raisonnable, c’est parce que les dépenses affectées au lancement d’une crêperie ne sont pas exorbitantes. Par exemple, le coût d’achat du matériel nécessaire aux premiers services est situé entre 50 000 et 100 000 €. Ou encore, les matières premières sont des produits répandus et peu chers. Une carte de crêperie dispose impérativement de recettes traditionnelles très demandées. Elles sont souvent peu élaborées et donc à faible coût de réalisation. Ceci dit, la créativité doit être au rendez-vous pour ne pas lasser la clientèle au final. De nouvelles recettes font souvent l’objet de curiosité et dynamisent la carte. Il en résulte une fidélisation de la clientèle.